La causerie d'avant match

Parler au collectif, tout en s’adressant à l’individuel est le propre de la causerie. Avant un match, la causerie constitue le dernier vrai moment d’influence de l’entraîneur. Ce moment permet d’impulser, de favoriser une ultime préparation. La tonalité de la causerie, son contenu, sa forme et sa durée, sont fonction de l’objectif prioritaire à atteindre.

La qualité du message passe également par la qualité de l’émetteur. Il devra manifester une forme d’assurance qui soit en accord avec ses paroles et conforte les joueurs dans leurs convictions.

Une causerie se prépare. Elle ne doit pas être improvisée. Il y a là un côté acteur (contrôlé). Il faut œuvrer à ce que la causerie soit courte (7-8 minutes. Encore moins s’il s’agit de benjamins), tonique et dynamique.
 

AUX VESTIAIRES

La causerie d’avant match correspond souvent à un plan assez régulier, même si on trouve parfois une volonté de surprendre, qui favorise la mise en état d’alerte des joueurs.

1. Le contexte et l’adversaire

D’une manière générale, on commence enprésentant le contexte, avecune image forte ou une métaphore si possible.

L’éducateur pourra revenir sur son positionnement au classement avec les perspectives de gagner une place, de garantir le maintien ou d’assurer la montée. Il revient à l’éducateur de trouver les arguments nécessaires même lorsque les joueurs n’ont plus rien à jouer.

L’éducateur reviendra sur les points faibles et forts de l’équipe adverse (d’où l’importance de prendre des notes lors de la phase aller).

D’une manière générale les joueurs sont rassurés si on n’insiste pas outre mesure sur la valeur de l’adversaire.

Attention à ne pas mettre les joueurs dans l’obligation de gagner face à un adversaire de grande valeur, qui plus est, quand on traverse une passe difficile. C’est rajouter une pression qui peut être trop forte et qui ira à l’inverse de l’effet escompté.

« D’une manière générale les joueurs sont rassurés si on n’insiste pas outre mesure sur la valeur de l’adversaire »

Composition et organisation

Donnez la composition de l’équipe du gardien jusqu’à l’attaquant sans oublier les remplaçants qui doivent se sentir aussi concernés que les titulaires.

Enchaînez sur l’organisation recherchée et l’attitude des joueurs lorsque l’équipe maîtrise le ballon et lorsqu’elle ne le maîtrise plus.

Il est très important de rappeleràcertains joueurs leur rôle, les efforts qu’ils vont devoir fournir tant défensivement qu’offensivement (surtout à ceux qui possède une culture tactique très faible). L’éducateur va rappeler l’importance d’être concentré, concerné et déterminé dans l’organisation tactique.

NB: En fonction de l’état de forme de l’éducateur les deux prochains chapitres pourraient être occultés. En effet, lorsque l’éducateur n’est pas en forme, il est préférable d’adapter sa causerie ou de la réduire par exemple.

« ...rappeler à certains joueurs leur rôle et les efforts qu’ils vont devoir fournir »

L’animation offensive

L’éducateur pourra traiter cette animation offensive par ligne :

Il est très important de définir les rôles sur coup de pied de coin et coup franc indirect. Les conséquences peuvent être gravesdansl’organisation tactique s’ils ne sont pas abordés lors de la causerie d’avant match. Quels sont les joueurs qui montent, quels sont ceux qui restent en couverture, qui frappe à gauche et à droite. Rappeler aussi, les situations que les joueurs ont travaillées dans la semaine à l’entraînement.
 

PENDANT L’ECHAUFFEMENT

L’échauffement et le rôle du leader

Au moment de l’échauffement laisser la main au leader de l’équipe. L’échauffement est primordial dans la préparation physique mais aussi mentale. Le leader du groupe doit être capable de relayer vos messages. L’éducateur devra utiliser les

- - -

Ligne défensive Les milieux Les attaquants

Il donnera une ligne directrice en revenant sur des principes tactiques simples comme la conservation, la préparation et la finition.

L’animation défensive
a. Le bloc équipe

Comme dans beaucoup de sports collectifs, il est primordial de réduire les espaces et les intervalles lorsque l’équipe n’a pas le ballon, il est donc important de faire de son équipe « un bloc ». C’est lors de cette causerie que l’éducateur va rappeler l’importance d’être concentré, concerné et déterminé dans l’organisation tactique.

Il est très important de rappeler ces différents principes en début de saison par exemple lors des matchs amicaux.

b. Les coups de pieds arrêtés défensifs

Comment l’équipe doit défendre sur coup de pied arrêté : un joueur ou deux au premier poteau sur corner, marquage en zone, individuel ou mixte, etc. Autant de points qu’il est important d’aborder. Rappeler l’importance de communiquer positivement lors de ces situations dangereuses. périodes joueurs individuel tel ou tel joueur. Son discours doit alors servir à mettre le joueur en confiance et lui rappeler son rôle. A l’échauffement, l’éducateur ne doit pas hésiter à reprendre la direction de l’échauffement s’il sent que le groupe n’est pas dans le ton.

 

RETOUR AUX VESTIAIRES

L’état d’esprit recherché

Le côté le plus motivationnel intervient en général à la fin, au retour aux vestiaires, 5 minutes avant le début de la rencontre. Il faut toucherd’avantage tantôt le match lui même,tantôt l’adversaire ou l’amour propre ou encore le résultat.Selon les circonstances on joue sur des registres différents.

Dans son discours on doit chercher à activer le désir de reconnaissance, l’amour propre, la fierté l’orgueil, qui favorisent la performance. D’où l’importance d’avoir un discours positif.

Il est préférable dans son discours d’envisager un déroulement positif du match. Certains pourraient être perturbés au simple énoncé d’une hypothèse qu’ils redoutent. Pas idéal si l’on est dans une phase de progression, de reprise de confiance..

 

CONCLUSION

N’ayez pas peur de changer de stratégie pour éviter la routine.

Parfois, il faut remonter le moral, parfois, il faut fustiger. Parfois, c’est très court, parfois c’est plus long.

On peut aussi de façon exceptionnel laisser les joueurs seuls 3 ou 4 minutes afin qu’ils puissent se parler des tâches respectives de chacun. Cela peut provoquer une forme de solidarité qui va se retrouver sur le terrain.

Eviter par ailleurs de faire la causerie longtemps avant le match. On risquerait d’imposer une certaine pression trop tôt. Evacueztouslestermes caractéristiquesde« lalangue molle » (essayer de, s’efforcer de ...). N’oubliez pas que les joueurs sont responsables du jeu. La pression du résultat est pour l’entraîneur. Insister sur le jeu, pas l’enjeu.

Enfin, si le président veut intervenir, c’est avant, jamais après la causerie de l’entraîneur. Il risque en effet de casser vos effets par une parole pas obligatoirement maladroite, mais qui peut être en décalage avec votre propre propos.

 

« De retour aux vestiaires...Il faut toucher d’avantage tantôt le match lui même, tantôt l’adversaire ou l’amour propre ou encore le résultat. Selon les circonstances on joue sur des registres différents»